oblation


oblation

oblation [ ɔblasjɔ̃ ] n. f.
oblatiun v. 1120; lat. oblatio
1Littér. Action d'offrir (qqch.) à Dieu. « Jésus fit à Dieu l'oblation solennelle de sa personne » (Bourdaloue).
2Liturg. Acte par lequel le prêtre offre à Dieu le pain et le vin qu'il doit consacrer. oblat, offertoire.

oblation nom féminin (bas latin oblatio, -onis) Action par laquelle on offre quelque chose à Dieu. Acte par lequel le prêtre offre à Dieu, pendant la messe, le pain et le vin qu'il doit consacrer. Toute espèce de dons offerts à Dieu ou à ses ministres. ● oblation (synonymes) nom féminin (bas latin oblatio, -onis) Action par laquelle on offre quelque chose à Dieu.
Synonymes :

oblation
n. f. RELIG Action par laquelle on offre (qqch) à Dieu.

⇒OBLATION, subst. fém.
A.RELIG. Action par laquelle on offre quelque chose à une divinité ou à ses représentants:
1. Le sacrifice se composerait de quatre éléments essentiels: oblation, immolation, consommation et communion. Dans le sacrifice de Jésus, la consommation et la communion ne s'accompliront qu'à la résurrection et au ciel; mais l'oblation et l'immolation sont déjà suffisamment réalisées par l'incarnation, pour qu'on puisse regarder, dès lors, l'état et la vie de Jésus comme un sacrifice formel.
BREMOND, Hist. sent. relig., t.3, 1921, p.677.
Rem. Oblation et offrande sont deux termes voisins de sens mais on ne peut les considérer comme synon.: oblation insiste davantage sur l'action d'offrir alors qu'offrande désigne plutôt la chose offerte; d'autre part, oblation a un caractère plus religieux qu'offrande.
En partic.
1. Offrande faite au clergé par les fidèles de différentes religions ayant recours au ministère d'un représentant de Dieu et consistant soit en dons en nature, soit en produits de quêtes ou de taxes. Il sera pourvu au traitement des pasteurs des églises consistoriales; bien entendu qu'on imputera sur ce traitement les biens que ces églises possèdent, et le produit des oblations établies par l'usage ou par des règlements (Doc. hist. contemp., Convention entre le gouvern. fr. et Pie VII, 1801, p.110).
2. LITURG. CATH. Acte par lequel le prêtre, au cours du sacrifice eucharistique, offre à Dieu le pain et le vin avant la consécration. Les substances, indispensables au saint sacrifice, les deux substances sans lesquelles aucune oblation n'est possible, avaient, elles aussi, été dénaturées: le vin, par de multiples coupages (...); le pain, ce pain de l'Eucharistie qui doit être pétri avec la fine fleur des froments, par de la farine de haricots, de la potasse et de la terre de pipe! (HUYSMANS, À rebours, 1884, p.289).
P. méton. Partie de la messe au cours de laquelle le prêtre offre à Dieu le pain et le vin. Viennent ensuite l'Offertoire, l'Oblation de l'Hostie et l'Oblation du Calice:sacrificium praeparatum. Puis, le prêtre se lave les mains inter innocentes, en accomplissement de la Loi (Deut., XXI, 6). Ici, je vois distinctement Pilate lui-même... (BLOY, Journal, 1894, p.140).
P. anal. Offrande ayant le caractère d'un sacrifice consenti pour une cause supérieure. Ils ont donné leur vie en oblation, d'abord sans s'en douter, puis par habitude et enfin par résignation ou par religion (AMIEL, Journal, 1866, p.65):
2. ... ce prêtre soldat, ces hommes dont quelques-uns seraient tués peut-être le soir, qui le savaient et s'en remettaient au tout-puissant, et l'imploraient pour leur pays et les êtres chers quittés plus que pour eux-mêmes: l'heure, le lieu, le moment, cette ambiance si lourde d'avenir, dégageaient une impression d'oblation entière et consentie, inoubliable.
PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p.162.
B.P. ext.
1. Littér. Tout don ou sacrifice. Mon oncle de Bedée me fit parvenir quarante écus, oblation touchante de ma famille persécutée (CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.444). Mais la dépravation, de simplement monstrueuse qu'elle était, devient excessive si les objets offerts d'une part et franchement acceptés de l'autre sont d'usage intime (...). L'oblation d'une chemise, par exemple, crie vers le ciel (BLOY, Femme pauvre, 1897, p.111).
2. PSYCHANAL. Don de soi. [La conscience morale] se trempe peu à peu dans les renoncements successifs qui mènent de la captation à l'oblation, depuis la discipline sphinctérienne du premier âge, en passant par l'acceptation du sevrage, la victoire sur la crise de personnalité et de possessivité de la troisième année (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.682).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1re moitié XIIe s. «action d'offrir à Dieu» oblatiun (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 39, 9); 2. 1385-96 «offrande pour un mort» (EUSTACHE DESCHAMPS, Le Miroir de mariage, 10326, éd. G. Raynaud, IX, 332); 3. 1559 «offrande ayant le caractère d'un sacrifice» (AMYOT, Pél., 38 ds LITTRÉ); 4. 1651 «partie de la messe où le prêtre offre à Dieu le pain et le vin, avant de les consacrer» (PASCAL, Lett. sur la mort de son père ds LITTRÉ); 5. 1660 «don fait à l'église par les fidèles» (Cardinal de RETZ, Lettres épiscopales, éd. Ad. Régnier, t.6, p.351). Empr. du lat. eccl. oblatio «action d'offrir; offrande» (BLAISE Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.:42.

oblation [ɔblɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1170; oblatiun, v. 1120, au sens 1; bas lat. oblatio « action d'offrir », du supin de offerre « offrir », spécialisé dans un sens relig. en lat. ecclésiastique.
Religion.
1 Action d'offrir (qqch.) à Dieu; résultat de cette action. || Faire au Seigneur une oblation des prémices (→ Froment, cit. 4). || « Jésus fit à Dieu l'oblation solennelle de sa personne » (Bourdaloue). || « L'oblation d'un cœur contrit et reconnaissant » (Fléchier). || En oblation et volontaire holocauste (cit. 9) pour l'amour de Dieu.
1 Si tu ne t'offres pas à tout ce qui me plaît,
Si tu n'es point d'accord que moi seul j'en dispose,
Tu ne me feras point d'entière oblation (…)
Corneille, Imitation de Jésus-Christ, IV, 998 et 1001.
2 Les âmes tendres se serrent à l'image de cette jeune victime (la fille de Jephté), qui pleure soixante jours, comme l'Antigone de Sophocle, les enfants qu'elle n'aura point, et qui revient, à l'heure dite, s'offrir au couteau paternel. On a proposé une interprétation plus douce : seule sa virginité aurait été consacrée à Dieu comme celle d'une religieuse ou d'une vestale. Mais l'histoire prend au pied de la lettre l'atroce oblation, se souvenant que Canaan pratiquait ces sacrifices humains, que les Phéniciens en feront longtemps usage, qu'un roi de Moab immolera son fils dans des circonstances semblables.
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, II, III.
2 (1868, Littré). Liturgie. Acte par lequel le prêtre offre à Dieu le pain et le vin qu'il doit consacrer. Oblat (3.), offertoire.
Anciennt. Se disait des offrandes en nature faites au clergé par les fidèles (remplacées aujourd'hui par les quêtes, troncs et contributions diverses).
3 (1559). Littér. Don, offrande qui a quelque chose de religieux. Sacrifice.
3 Plusieurs philosophes, méditant sur la royauté, ont considéré la monarchie héréditaire comme l'oblation d'une famille à la liberté publique; tout doit être libre dans l'État, excepté cette famille (…)
Mirabeau, Collection, t. V, p. 467, in Littré.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Oblation — bezeichnet: Oblation (Opfer), die Darbringung eines kirchlichen Opfers Oblation (Kloster), eine Form des Klostereintritts Oblation (Orden), eine freiwillige Verpflichtung von Laien, in enger Anbindung an ein Kloster zu leben, ohne in das Kloster… …   Deutsch Wikipedia

  • Oblation — Ob*la tion, n. [L. oblatio: cf. F. oblation. See {Oblate}.] 1. The act of offering, or of making an offering. Locke. [1913 Webster] 2. Anything offered or presented in worship or sacred service; an offering; a sacrifice. [1913 Webster] A peculiar …   The Collaborative International Dictionary of English

  • oblation — Oblation. s. f. Terme consacré à la Religion. Offrande, l action par laquelle on offre quelque chose à Dieu. Jesus Christ estant à la Croix fit une oblation de luy mesme à son Pere. l oblation du pain & du vin. Il se dit aussi, Des choses qui… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • oblation — (n.) early 15c., from O.Fr. oblation offering, sacrifice, from L. oblationem (nom. oblatio) an offering, presenting, gift, in L.L. sacrifice, from L. oblatus (see OBLATE (Cf. oblate) (n.)) …   Etymology dictionary

  • oblation — [äb lā′shən] n. [ME oblacioun < OFr oblation < L oblatio, an offering < oblatus: see OBLATE2] 1. an offering of a sacrifice, thanksgiving, etc. to God or a god 2. the thing or things offered; esp., the bread and wine of the Eucharist… …   English World dictionary

  • Oblation — (v. lat.), 1) s. Oblatio; 2) (Obley), in den ersten christlichen Jahrhunderten die Gaben u. Geschenke an Lebensmitteln, bes. Brod u. Wein, welche die Christen zu ihren Liebesmahlen u. der damit verbundnen Abendmahlsfeier, später zu dieser allein… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Oblation — (lat.), Darbringung, dargebrachtes Opfer, besonders freiwillige Gaben der Gläubigen an die Kirche zur Befriedigung von deren Bedürfnissen. In der katholischen Kirche die Darbringung (Opferung) von Brot und Wein durch den Priester unter… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Oblation — (lat., »Darbringung«), freiwillige Gaben an die Kirche oder den Pfarrer; in der alten Kirche die Beiträge zum Liebes und zum Abendmahl, jetzt in der kath. Kirche die Darbringung der Hostie und des Kelches in der Messe …   Kleines Konversations-Lexikon

  • oblation — index benefit (conferment), grant Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • oblation — Oblation, f. acut. Donarium, Oblatum, Oblatio, Libatio, Libamen, Voyez Offrande en Offrir …   Thresor de la langue françoyse


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.